SuperAmir http://www.superamir.be États d'Esprit... Coups de Gueule et Coups de Coeur. Tue, 11 Oct 2016 08:01:42 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.4 La technique pour remporter le sprint massif d’une course cycliste ! http://www.superamir.be/la-technique-pour-remporter-le-sprint-massif-dune-course-cycliste/ http://www.superamir.be/la-technique-pour-remporter-le-sprint-massif-dune-course-cycliste/#respond Wed, 20 Jul 2016 18:43:09 +0000 http://www.superamir.be/?p=523
 

]]>
http://www.superamir.be/la-technique-pour-remporter-le-sprint-massif-dune-course-cycliste/feed/ 0
Les antibiotiques naturels les plus puissants. http://www.superamir.be/les-antibiotiques-naturels-les-plus-puissants/ http://www.superamir.be/les-antibiotiques-naturels-les-plus-puissants/#respond Thu, 26 May 2016 07:58:46 +0000 http://www.superamir.be/?p=513 Les patients se tournent de plus en plus vers les antibiotiques naturels, sans risque de résistance, ni effets secondaires.

Pour rappel, les antibiotiques sont utilisés pour traiter et prévenir les infections bactériennes. Lorsqu’ils sont utilisés correctement, les antibiotiques peuvent tuer ou inhiber la croissance des bactéries, elles-mêmes responsables de problèmes comme les infections de l’oreille, les problèmes d’estomac et de peau.

Différents types d’antibiotiques agissent contre différents types de bactéries et de parasites, c’est pourquoi les médecins prescrivent un antibiotique selon le germe spécifique (bactérie ou un parasite) qui est responsable de l’infection.

Toutefois, les antibiotiques synthétiques ne combattent pas les infections causées par des virus, comme le rhume, la grippe, la plupart des toux et maux de gorge. Ils ne fonctionnent pas non plus contre les infections fongiques.

Les antibiotiques synthétiques sont devenus l’un des médicaments les plus prescrits de nos jours et c’est précisément cette sur-utilisation qui conduit de plus en plus à développer la résistance aux antibiotiques. En plus de les rendre potentiellement inopérants, cet abus nuit aux bonnes bactéries qui vivent dans l’intestin. La diarrhée, les maux d’estomac et des nausées peuvent être des signes avant-coureur de ces dérèglements.

Alors, pourquoi utilise t-on ces médicaments, sachant que la nature nous offre de nombreux antibiotiques naturels sous forme de fruits, condiments, légumes, herbes ? Efficaces dans le traitement des mêmes problèmes de santé, les antibiotiques naturels ont en plus l’avantage de combattre également les infections virales et fongiques. Cerise sur la gâteau, ils ne tuent pas les «bonnes» bactéries nécessaires à l’organisme.

Bien sûr, à eux seuls, ces fortifiants naturels sont pas suffisants pour traiter les infections graves comme la fièvre typhoïde, la tuberculose etc. ll est préférable dans ces cas spécifiques d’utiliser ces remèdes naturels en complément des antibiotiques prescrits par votre médecin.

L’ECHINACÉE

L’echinacée produit des fleurs magnifiques. Elle a été utilisée pour traiter une grande variété d’infections pendant des siècles . Traditionnellement, on l’utilisait pour traiter les plaies ouvertes, la diphtérie, les empoisonnements du sang et d’autres maladies liées aux bactéries.

Aujourd’hui, cet antibiotique naturel puissant est utilisé principalement contre le rhume et la grippe, en raison de sa capacité à détruire les formes les plus dangereuses de bactéries comme le staphylocoque doré.

LE MIEL DE MANUKA

Le miel en général et plus particulièrement le miel de manuka, est un antibiotique redoutable. Il contient des propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires et antiseptiques. Une étude de 2014 a constaté que le miel a la capacité de lutter contre l’infection sur de multiples niveaux, rendant ainsi plus difficile la possibilité pour les bactéries de lui développer une résistance.

Sa combinaison unique de peroxyde d’hydrogène, d’acidité, d’effet osmotique, de sucre et de polyphénols aide à tuer les cellules bactériennes. Pour profiter pleinement des propriétés antibiotiques du miel, utilisez-le toujours cru et biologique. Si vous avez la possibilité de vous en fournir, le miel de Manuka semble être l’option idéale. Ayant fait l’objet de nombreuses études, il a notamment était jugé efficace dans certains traitements topiques de blessures.

Pour renforcer votre système immunitaire, vous pouvez par exemple manger chaque jour un mélange à quantités égales de miel et de cannelle. Vous pouvez également ajouter du miel dans le thé, les jus et même « beurrer » vos tartines avec.

LE GINGEMBRE

Le gingembre est une épice incroyable avec des innombrables bienfaits.

Les propriétés antibiotiques naturelles du gingembre aident à prévenir et traiter de nombreux problèmes de santé causés par des bactéries. Le gingembre frais a un effet antibiotique contre les agents pathogènes d’origine alimentaire comme par exemple la salmonelle. Il est de plus très efficace contre les infections respiratoires et parodontales.

Le gingembre est une des meilleures mesures préventives que vous pouvez prendre contre les infections bactériennes. Sous forme du poudre il s’associe parfaitement avec vos plats. On le retrouve aussi très facilement en thé ou en capsules.

L’EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE

L’extrait de pépins de pamplemousse est un puissant antibiotique naturel. Il agit comme antiseptique, antifongique et antiviral. Il est réputé pour être efficace contre plus de 800 formes de bactéries, de virus, plus de 100 souches de champignons et sur de nombreux parasites. En outre, l’extrait de pépins de pamplemousse est riche en antioxydants, qui permettent de stimuler l’immunité naturelle du corps.

Veillez à consulter un médecin avant de l’utiliser car c’est un remède naturel très puissant. On l’utilise généralement dans les cas suivants :

– les maladies gastro-intestinales
– les infestations par levures
– les refroidissements en tous genres
– les infections ORL
– les mycoses de la peau et ongles
– les infections urinaires
– les déficiences immunitaires même graves
– la fatigue chronique
– les candidoses
– les diarrhées
– les grippes
– les mycoses
– les pellicules
– les verrues
– les excès de transpiration
– les eczémas
– les gingivites
– les intoxications alimentaires
-le choléra
– la désinfection des blessures
– la désinfection de l’eau à boire
– L’hélicobacter Pylori

Vous pouvez vous procurer facilement du pépin de pamplemousse sur Amazon.

L’AIL

L’ail est un puissant antibiotique naturel utilisé comme médicament depuis des milliers d’années et ce par de nombreuses cultures à travers le monde. il fut même l’un des remèdes contre la peste au moyen-âge, c’est dire.

L’ail est aussi antiviral, antifongique et antimicrobien. Il protège et facilite l’élimination des mauvaises bactéries. Riche en antioxydants naturels qui détruisent les radicaux libres, il se révèle aussi être l’un des meilleurs moyens pour renforcer ses défenses naturelles en plus d’être capable de purifier le sang.

Pour tester son efficacité l’idéal est d’en consommer 2 ou 3 gousses par jour. Certaines personnes peuvent même consommer l’ail à jeun pour renforcer son efficacité.

Facile à intégrer dans sa vie de tous les jours, l’ail est l’une des meilleures solutions pour remplacer les antibiotiques chimiques (dans certains cas) et ainsi préserver sa flore intestinale.

L’ARGENT COLLOÏDAL

Depuis des siècles, l’argent colloïdal a la réputation d’être un antibiotique efficace. Dans les années 1900, Alfred Searle, fondateur de la société pharmaceutique Searle, a découvert qu’il pouvait tuer les agents pathogènes les plus mortels grâce à l’argent colloïdal.

Searle soutenait que l’application d’argent colloïdal sur des sujets humains détruit rapidement les microbes sans aucun effet secondaire.

Des recherches récentes ont en tout cas confirmées les propriétés curatives de l’argent colloïdal. Il peut en effet détruire les microbes résistants aux antibiotiques comme le SARM, la grippe aviaire et le SRAS.

L’HUILE D’ORIGAN

L’huile d’origan est antivirale et antifongique, elle s’attaque également aux bactéries pathogènes sans nuire aux bactéries bénéfiques.

Même si l’huile d’origan est efficace contre les bactéries, méfiance ! La molécule principale de l’huile d’origan, le carvacrol, pourrait être toxique passé une certaine dose. Soyez donc très prudent dans son utilisation.

LE CURCUMA

En médecine Ayurvédique et Chinoise, les propriétés antibiotiques du curcuma sont utilisées pour aider à détruire les bactéries à l’origine des maladies et renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Le curcuma peut en outre aider à prévenir les infections bactériennes comme par exemple celles des plaies.

Selon une étude de 2009, l’activité antimicrobienne de la curcumine, l’ingrédient actif du curcuma, s’est révélée efficace contre l’Helicobacter pylori.

Le curcuma est une épice qui s’intègre naturellement dans vos plats quotidiens et se vend généralement sous forme de poudre. Il peut aussi se consommer avec du miel (1cc. de curcuma pour 5cc de miel) pour ainsi se transformer en un antibiotique naturel et puissant.

Vous pouvez également prendre des suppléments de curcuma à haute disponibilité, on en trouve facilement sur internet ou dans les magasins bio.

L’EXTRAIT DE FEUILLES D’OLIVIER

L’effet antibiotique naturel de l’extrait de feuilles d’olivier lui permet de traiter différents types d’infections bactériennes. Une étude de 2003 a démontré l’efficacité de l’extrait de feuilles d’olivier contre les bactéries et les champignons.

Cet extrait a des propriétés anti-inflammatoires, peut aider à « piéger » les radicaux libres et a une action bénéfique sur les cas légers d’hypertension artérielle.

Vous pouvez utiliser l’extrait de feuilles d’olivier de différentes manières.

  • En Infusion. Versez 1 litre d’eau bouillante dans un récipient contenant 50 g de feuilles séchées et coupées. Laissez infuser 20 minutes. Filtrez et buvez 1 tasse après les repas.
  • En Décoction. Faites bouillir 40 g de feuilles séchées et coupées dans 1 litre d’eau durant 10 minutes. Filtrez et buvez 1 tasse après les repas.

Une autre option est de prendre l’extrait de feuilles d’olivier sous forme de supplément. Cependant, consulter un médecin avant de prendre cette décision.

LES PROBIOTIQUES

Les probiotiques sont une des plus incroyables découvertes médicales du début de ce siècle. Les probiotiques agissent pour renforcer et préserver la flore intestinale naturelle (bonnes bactéries) trouvée dans le système digestif.

La recherche a prouvé que l’équilibre de l’intestin est l’une des clés de la santé et constitue un puissant rempart contre le cancer.

Les bonnes bactéries qui peuplent l’intestin sont si essentielles pour la santé que les médecins commencent à recommander à leurs patients la prise de probiotiques en complément d’un traitement antibiotique.

Les probiotiques naturels se trouvent dans les yaourts fermentés, sous forme de compléments alimentaires et dans certains autres aliments fermentés. Attention tout de même, tous les probiotiques ne se valent pas. En effet, certains compléments dit « riches en probiotiques » n’en contiennent finalement pas ou peu. Celles-ci sont soit tuées au cours du processus de fabrication, soit détruites dans l’estomac. Les probiotiques présents dans les yaourts de supermarché ont par exemple peu de chance d’être efficaces. Choisissez donc des process de production garantissant la préservation des souches probiotiques, ainsi qu’un mode d’absorption via lequel les bonnes bactéries seront préservées.

L’HUILE DE COCO

Encore une merveille de la nature. Les bienfaits de l’huile de noix de coco sont nombreux. Elle a des propriétés anti-fongiques, anti-microbiennes et possède des antioxydants que vous ne trouverez nulle part ailleurs dans la nature.

Utilisez l’huile de coco pour stimuler votre système immunitaire, l’équilibre de la thyroïde, le cholestérol, contrôler les niveaux de sucre dans le sang, et même améliorer la fonction cérébrale. On peut bien sûr faire un usage externe de ce cadeau de Mère Nature.

Incorporez une cuillère dans votre boisson du matin, cuisinez vos plats avec (l’huile de coco est celle qui résiste le mieux à la chaleur de la cuisson contrairement à d’autres huiles qui dégagent des toxiques en chauffant), ajoutez-là à vos gâteaux etc. En plus c’est délicieux !

LE MARGOUSIER (OU NEEM)

Surnommé le lila indien, le margousier (neem) est un autre antibiotique naturel. Il aide à lutter contre les bactéries qui causent les boutons et l’acné. Contrairement aux médicaments antibiotiques, le neem combat les bactéries sans causer la résistance à ses antibiotiques.

En outre, en raison de sa nature antibactérienne, le neem résout différents types de problèmes bucco-dentaires comme les caries, la plaque, la gingivite et d’autres maladies de la bouche. Il agit aussi contre les infections de la peau.

Prendre des comprimés de neem peut aider à éliminer les toxines accumulées dans le corps et le libérer des organismes parasitaires. Consultez votre médecin pour le dosage

Études :

http://online.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/10755530260128023 (pépins de pamplemousse)
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2663130/ (curcuma)
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12870202 (extrait de feuilles d’olivier)
http://www.acs.org/content/acs/en/pressroom/newsreleases/2014/march/honey-is-a-new-approach-to-fighting-antibiotic-resistance-how-sweet-it-is.html (miel)
http://mic.sgmjournals.org/content/early/2012/01/31/mic.0.053959-0.abstract (miel de manuka)
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1286457999800033 (ail)
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ptr.2473/abstract (gingembre)
http://www.sciencedaily.com/releases/2001/10/011011065609.htm (huile d’origan)

]]>
http://www.superamir.be/les-antibiotiques-naturels-les-plus-puissants/feed/ 0
Cash investigation : Marketing, les stratégies secrètes. http://www.superamir.be/cash-investigation-marketing-les-strategies-secretes/ http://www.superamir.be/cash-investigation-marketing-les-strategies-secretes/#respond Mon, 23 May 2016 01:08:29 +0000 http://www.superamir.be/?p=507 Noms, prénoms, adresses, âges, mais aussi passions et habitudes de consommation : certaines entreprises récoltent une foule d’informations sur les clients qui achètent, sur Internet ou encore par le biais de leurs cartes de fidélité. A longueur de transactions, ces sociétés enregistrent, compilent et analysent les données personnelles recueillies de manière à mieux cerner leurs cibles potentielles. Pendant un an, une équipe a enquêté sur les techniques marketing des grands groupes, comme Apple ou Danone, et leurs stratégies commerciales tenues secrètes. Comment imposent-ils leur diktat sur le marché ?

 

]]>
http://www.superamir.be/cash-investigation-marketing-les-strategies-secretes/feed/ 0
Nice people… http://www.superamir.be/nice-people/ http://www.superamir.be/nice-people/#respond Mon, 23 May 2016 01:04:30 +0000 http://www.superamir.be/?p=503

The world is full of nice people. If you can’t find one, be one.

]]>
http://www.superamir.be/nice-people/feed/ 0
Education… http://www.superamir.be/education/ http://www.superamir.be/education/#respond Mon, 23 May 2016 00:54:53 +0000 http://www.superamir.be/?p=499

Your children will follow your example more than your advice.

]]>
http://www.superamir.be/education/feed/ 0
Seuls les poissons morts suivent le courant. http://www.superamir.be/seuls-les-poissons-morts-suivent-le-courant/ http://www.superamir.be/seuls-les-poissons-morts-suivent-le-courant/#respond Mon, 23 May 2016 00:44:04 +0000 http://www.superamir.be/?p=496
Seuls les poissons morts suivent le courant.

]]>
http://www.superamir.be/seuls-les-poissons-morts-suivent-le-courant/feed/ 0
Etre éduqué… http://www.superamir.be/etre-eduque/ http://www.superamir.be/etre-eduque/#respond Fri, 15 Apr 2016 10:30:24 +0000 http://www.superamir.be/?p=487 « Il est difficile d’expliquer à quelqu’un qui a les idées étroites qu’être “éduqué” ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu’un illétré peut être un électeur bien plus “éduqué” que quelqu’un qui possède des diplômes. » [ Nelson Mandela ]

]]>
http://www.superamir.be/etre-eduque/feed/ 0
Tous accros au sel (14/06/2015) http://www.superamir.be/482-2/ http://www.superamir.be/482-2/#respond Fri, 15 Apr 2016 08:27:04 +0000 http://www.superamir.be/?p=482 En France, la consommation moyenne de sel est de 10g/jour pour les hommes et de 8g/jour chez les femmes. Bien loin donc, des recommandations de l’OMS : 5g/jour ! Des chiffres alarmants qui ont un impact sur la santé publique. Chaque année, en France, 180 000 personnes meurent de maladies cardiovasculaires. Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que le sel qui s’invite tous les jours à table a sa part de responsabilité. Malgré des chiffres alarmants, la grande majorité est incapable d’estimer et donc de limiter sa consommation quotidienne.

Documentaire de 52 minutes – Ecrit et réalisé par Tam Melacca
Produit par les Productions Tony Comiti, avec la participation de France Télévisions. 2015

 

]]>
http://www.superamir.be/482-2/feed/ 0
Le sel, un véritable danger pour notre santé. http://www.superamir.be/le-sel-un-veritable-danger-pour-notre-sante/ http://www.superamir.be/le-sel-un-veritable-danger-pour-notre-sante/#respond Thu, 14 Apr 2016 09:36:37 +0000 http://www.superamir.be/?p=472 Notre alimentation est beaucoup trop riche en sel.
Or les spécialistes mondiaux de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires sont unanimes : l’excès de sel est néfaste pour l’ensemble de la population, quel que soit l’âge.C’est ainsi que la réduction du sel est un des objectifs phares des programmes nationaux de nutrition santé.

1. Les méfaits du sel

Un lien étroit a pu être établi entre une consommation excessive de sel et la santé.

  • Une alimentation trop riche en sel constitue un des facteurs de risque d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires.
    En effet, il existe un lien direct entre l’excès de sel dans l’alimentation et l’hypertension artérielle puisque les gènes qui contrôlent la pression artérielle sont aussi ceux qui régulent la réabsorption de sel au niveau des reins. Or les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de décès dans notre pays.
  • L’excès de sel est également reconnu pour favoriser le cancer de l’estomac.
  • Enfin, trop de sel augmente le risque d’ostéoporose.
    Sachant qu’un taux élevé de sel dans le sang augmente l’élimination de calcium dans les urines, au bout de plusieurs années, cela peut se traduire par une diminution de la densité minérale osseuse et une aggravation de l’ostéoporose.

2. Les Français consomment beaucoup trop de sel

Selon la dernière expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), la consommation moyenne de sel des Français via les aliments est de 8,7 g / jour chez les hommes et de 6,7 g / jour chez les femmes. A ces apports provenant des aliments consommés, « il faut ajouter 1 à 2 grammes de sel par jour, dus au salage des plats et de l’eau de cuisson par le consommateur lui-même ».

C’est beaucoup trop et bien trop éloigné des recommandations de l’OMS qui préconise de ne pas dépasser 5 g de sel par jour.

A tel point que les autorités sanitaires ont été amenées à fixer l’objectif intermédiaire de 8 g par jour à échéance de 5 ans, soit une réduction de 20% (6,5 g / jour pour les femmes et les enfants) !

3. Un impératif : réduire les apports sodés dans l’alimentation

Les consommateurs connaissent généralement les risques liés à l’excès de sel, mais ce qu’ils ignorent souvent, c’est que plus de 70% du sel consommé provient d’un groupe de 6 aliments :

  • Le pain et les biscottes.
  • La charcuterie.
  • Les soupes.
  • Les fromages.
  • Les plats cuisinés.
  • Les pizzas, quiches et pâtisseries salées.

Auxquels il faut ajouter (du fait de leur consommation élevée chez les enfants) :

  • Les viennoiseries.
  • Les céréales du petit-déjeuner.

4. Quelles solutions pour y arriver ?

  • Diminuer les teneurs en sel des aliments et donc inciter les industriels à s’engager dans une charte, voire modifier la réglementation.
    Il faut rappeler que le sel est intéressant comme conservateur, exhausteur de goût et qu’il a un pouvoir assoiffant (susceptible de faire grimper les consommations de boissons…).
  • Informer davantage les consommateurs via l’étiquetage de la teneur en sel des produits industriels.
  • Inciter les Français à limiter leur consommation d’aliments les plus salés et leurs ajouts de sel lors de la préparation et pendant les repas.

Sur la bonne voie

Ces trois champs d’action ont déjà plus ou moins été mis en place, avec pour premier résultat une diminution entre 1999 et 2007 de 5,2 % des apports moyens en sel dans la population générale et de 20 à 30% chez les très forts consommateurs (plus de 12 g / jour).

5. Supprimer les habitudes alimentaires à risque

Nous pouvons tous, individuellement, contrôler une bonne partie de nos apports sodés en supprimant nos habitudes alimentaires à risque :

  • Pas de salière à disposition sur la table.
  • Bannir le saupoudrage systématique : goûter systématiquement avant de saler ou de resaler.
  • Remplacer le sel par d’autres types d’assaisonnement comme les épices, les herbes aromatiques et cuisiner avec de l’ail, des oignons, des échalotes.
  • Réduire la quantité de sel ajouté dans l’eau de cuisson.
  • Remplacer les biscuits apéritifs, cacahuètes et chips par des légumes et fruits : tomates-cerises, radis, billes de melon, carottes ou céleri à tremper dans une sauce au yaourt, etc.
  • Eviter les eaux minérales trop riches en sodium en comparant les teneurs en sel indiquées sur les étiquettes.
  • Limiter les produits industriels, souvent très riches en sel.
  • Limiter les aliments les plus riches en sel : charcuterie (saucisson sec, jambon sec), bouillons (légumes ou viandes), sauces et condiments, certains fromages, pizzas et quiches, viennoiseries, biscuits apéritifs, etc.
  • Ne pas habituer les jeunes enfants à manger trop salé car les habitudes alimentaires se prennent dès l’enfance et il est difficile d’en changer à l’âge adulte.

 

Source : http://www.e-sante.fr/
Mis à jour par Isabelle Eustache le 02/07/2014
Créé initialement par Dr Agnès Lara le 28/01/2002
Sources : Avis de l’Anses, « relatif au suivi des teneurs en sel des principaux vecteurs entre 2003 et 2011 et simulation des impacts sur les apports en sel de la population française », 15 octobre 2012, http://www.anses.fr/Documents/NUT2012sa0052.pdf. Afssa (2009), Rapport, Etude individuelle nationale des consommations alimentaires 2 (INCA 2) (2006-2007).

]]>
http://www.superamir.be/le-sel-un-veritable-danger-pour-notre-sante/feed/ 0
Sans gluten, mais pas sans reproches… http://www.superamir.be/sans-gluten-mais-pas-sans-reproches/ http://www.superamir.be/sans-gluten-mais-pas-sans-reproches/#respond Mon, 01 Feb 2016 09:36:22 +0000 http://www.superamir.be/?p=464 Aujourd’hui, on trouve dans le commerce de plus en plus d’aliments en version classique d’un côté, sans gluten de l’autre. Nous avons comparé leurs compositions.

Pas moins de cinq millions de Français auraient adopté le régime « sans gluten ». À l’origine, il y a peut-être une réelle intolérance – elle concerne environ 1 % des consommateurs. À moins qu’il ne s’agisse d’une hypersensibilité au gluten, ou tout simplement d’une appétence pour des produits supposés plus sains, plus naturels, plus légers.

Pain, jambon, chocolat…

Dans tous les cas, cela répond à un même objectif : supprimer de son assiette cette protéine présente dans le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. C’est-à-dire dans une multitude d’aliments comme le pain, les pâtes ou les biscuits. Mais aussi dans des produits plus inattendus comme certains jambons, rillettes, sauces, surimis, plats préparés ou même chocolats.

Que contiennent les produits sans gluten ? C’est la question que nous nous sommes posée dans le numéro de février 2016 de 60 Millions en comparant les étiquettes des listes d’ingrédients avec et sans gluten pour des produits de consommation courante : pâtes brisées, spaghettis, pizzas, pains de mie, gâteaux aux pépites de chocolat, entre autres…

Plus sains ? Non

Nous avons découvert, par exemple, que la pâte à tarte brisée Croustipate sans gluten contient pas moins de quinze ingrédients, dont un tiers d’additifs comme le E464 et le E330. Rien à voir avec la pâte classique de marque Marie qui se contente de six ingrédients sans aucun additif.

Explication : à la place de la farine de blé, les fabricants emploient le plus souvent de la farine de riz, associée à de la fécule et des amidons. Soit. Mais faute de gluten, qui donne de l’élasticité à la pâte et de la texture au produit fini, ils incorporent des additifs de type épaississants et émulsifiants – dont on se passerait bien.

Meilleurs pour la santé ? Non

Pire, ils sont même moins riches : les tables nutritionnelles des biscuits aux pépites de chocolat, des pizzas et plus encore des pains de mie indiquent une teneur systématiquement plus basse en protéines pour les produits sans gluten.

Ainsi, 100 g de pain de mie Marque Repère E. Leclerc sans gluten contiennent 2,6 g de protéines, contre 8,3 g pour le Marque Repère E. Leclerc Épi d’or. Un inconvénient qui peut s’avérer très gênant pour les adeptes des régimes végétaliens qui ne mangent ni viande, ni produits laitiers, ni œufs.

Ni meilleur, ni plus sain… La bonne image des « sans gluten » ne résiste pas à notre simple lecture d’étiquette. Ce qui ne les empêche pas, cerise sur le gâteau sans gluten, d’être systématiquement deux à quatre fois plus chers que les produits classiques.

Source : 60millions-mag.com

]]>
http://www.superamir.be/sans-gluten-mais-pas-sans-reproches/feed/ 0